Circulation presque invisible
Cette circulation (émetteur-récepteur) entre bouche-voix et mains-robot s'opère de manière invisible pour l'oeil des spectateurs et auditeurs, mains-bouche-oreilles sont connectées par des réseaux non voyants. Le contact, l'entrée en contact avec ce robot, s'opère avec discrétion, rien de specta-oculaire : les chanteurs, la chorale, se laisse toucher par le système, toutefois de manière pudique, pas de conduction osseuse et aucun système d'attache.

Critique & éthique
Appréhender et penser différemment le monde, en l'occurrence par le sens du toucher et de l'ouïe, Choeur Tac-til y participe, comme le fait d'acquérir une dextérité non seulement physique, cérébrale, mais aussi critique vis à vis des surfaces tactiles et des logiciels que nous utilisons et touchons sans cesse.

Ce robot peut nous inciter à réfléchir aux rapports que nous entretenons avec les outils numériques, et peut-être plus encore avec les outils et la technè en général.
Souvent , notre attitude consiste à imposer un rapport d'autorité avec la machine, en lui dictant en permanence un ordre (avec le pouce et l'index), aujourd’hui notre “rapport” aux machines dérive vite vers une forme d'automatisme autoritaire. Au sein de notre  "contrat" avec les télécommunications, cette machine nous asservit autant, en retour et échange binaire. En effet, ces outils sont conçus pour nous rendre dépendant de leur mode fonctionnel/fictionnel, d'une utilité fabriquée, autrement dit une relation maître-esclave qui se retourne comme un gant...

Lors des résidences avec chœur tac-til et le robot, l'expérience dépasse, excède ce rapport :  le robot nous touche, et nous le touchons, nous jouons réellement avec lui dans une inter-activité, au sens profond, d'échange réel, sans rapport de supériorité. Au sein de cette relation en jeu, une écriture  commune
s'invente, nous pouvons grâce à ce code commun, sorte de serment invisible qui nous relie, nous abandonner à lui, à son entité fictionnée, comme il s'abandonne à nous.

Nous pouvons l'utiliser aussi, pour ce qu'il est sensée faire, une étape basique, un signe sur un chemin initiatique, qui ouvre au nomadisme. Dans un même geste précis et ferme, il est un signal qui permet de s'en affranchir. C'est peut-être par cette fiction et par ce jeu de machines désirantes, que nous produisons de la consistance, de l'épaisseur réelle, dans une ère numériquement envoûtée.


Les sessions "chœur tac-til" se déroulent une fois par mois, toute la journée, chaque rencontre représente un espace collectif qui secoue à différentes magnitudes, ces secousses continuent d'agir dans les moments d'entres, périphériques ; ainsi le vaisseau chœur tac-til remue corps et esprit, frappe l'inconscient, prolonge l'expérience au dehors. La nuit le jour, ce vaisseau acéphale, aux extensions rhizomiques, continue d'interroger et de se propager dans les vies de chaque membre, et la vie toute courte...

Cette plateforme est dédiée à ces prolongements possibles, matières-sujets à penser-dépenser, enregistrements, essais, dessins, poèmes, déposées là en partie, à continuer... 

 

 L'expérience du chœur comme terrain d'expérimentation et d'invention collective

 L'écoute des voyants et des non voyants, différente ? geste acousmatique et critique

  La parole = la vitesse du son/ l'interpénétration des paroles, réseaux périphérique

  Se cogner pour connaître un lieu, un espace

  L'expérience collective par l'ouïe et le tactile, la perte des repères

  La peau comme repère spatial

  La mémoire épidermique et l'instant, la latence

  L'inertie avec le dispositif multi-tactile, le temps réel et l'inertie  

  L'apprentissage d'une écriture vocale usant des techniques mécaniques et numériques

  L'improvisation libre comme matrice et processus d'autonomie,

  Improviser en chœur, les yeux fermés, expérience spatio-temporelle singulière 

  L'asynchronie visuelle et sonore

  La représentation dans l'obscurité

  L'espace vocal dans l'environnement urbain et péri-urbain

  Les statuts du compositeur, de l’interprète et du chef d’orchestre interchangeables

  et mutables 

  L'écoute, un travail, un geste, un jeu, même pour une personne aveugle

  Perte du sens, expérience présocratique chorale

  Chanter et improviser à l'horizontale

 

Lectures à voix haute et écoutes

 

Que le son perçe l'espace, Cécile Duval dans la revue Chimères, n7

 

Un Amour d'UIK, Félix Guatari, Silvia Maglioni et Graeme Thomson, Editions Amsterdam

 

"Par écriture directe on entend une écriture qui n'est pas représentative, qui n'est pas de l'ordre de la notation, mais qui est établi par contact, et qui est donc avant tout un tracé" François J. Bonnet , Les mots et les sons - un archipel sonore, p.32

 

 Miettes,   Michel Doneda, Collection Entre-deux

 

Giogio Agamben "Qu'est-ce que le contemporain ?" Rivages poche